la musique nouvelle
.

Translation in English

 

.

Faites un don de 1,50 euro et bénéficiez d'une réduction de 30% sur le DVD du Coin du Musicien !
 Pour les donateurs, le DVD est à 9,90 euro au lieu de 14,90 euro !
 
(Opération possible également sur la page du DVD)

 

       Dans la page précédente "Les classiques modernes", je finissais avec Gustav Mahler. Je pourrai sans problème commencer celle ci avec le même compositeur, tant sa musique constitue un lien entre la fin du classicisme et la musique du XXme siècle.

En cela, Mahler peut être comparé à Beethoven, ce dernier marquant le tournant entre le classicisme et le romantisme. Il n'y a pas que la musique qui évolue, les arts figuratifs suivent le mouvement de la nouveauté. Le classicisme est très loin et le romantisme laisse la place au modernisme. Des peintres comme Matisse en France ou Dali en Espagne ouvrent de nouvelles perspectives.

Pour en revenir à la musique, je vais délaisser un instant les compositeurs germaniques, pour signaler que le début du XXme siècle marque l'apogée de l'école française.
En effet les compositeurs talentueux ne manquent pas en France en ce début de siècle.

        Gabriel Fauré (1845-1924) dont la musique aux lignes sobres et délicates, pleine de charme, a donné un nouvel élan à la musique de chambre et à la mélodie.
.

Claude Debussy
.
        Claude Debussy (1862-1918), entre au conservatoire en 1873. Il obtient le grand prix de Rome en 1884. Il dédaigne les formules classiques, et donne libre cours à son originalité. En 1902 les représentations de "Pelléas et Mélisande" suscitent une véritable bataille mais lui assurent la célébrité.
C'est un musicien plus fécond que Fauré, et il innove également avec des sonorités exceptionnelles, un rythme complexe, et des harmonies raffinées.
 
.
     Maurice Ravel (1875-1937) travaille la composition avec Fauré au conservatoire en 1889. Après avoir obtenu le second Prix du concours de Rome, il se fait exclure et ne peut le représenter.
Sa vie se déroule sans événements marquants, toute consacrée à l'art. Ses oeuvres sont, dès le début de sa carrière, parfaitement achevées, et d'une rare finesse.
Il composera des oeuvres pour piano, de la musique de chambre, des mélodies, et de la musique symphonique, deux concertos pour piano, dont un pour la main gauche seule.

 
Maurice Ravel

             Paul Dukas (1865-1935) obtient le second prix de Rome en 1888. On retiendra la symphonie en Ut (1896) et l'Apprenti Sorcier (1897)
En 1912 il cesse de composer et reste quasiment silencieux jusqu'à sa mort.

En marge des compositeurs cités ci-dessus se trouve Erik Satie. Il fait figure de solitaire, cherchant à rompre avec l'emphase et le gigantisme des oeuvres symphoniques.
        Son style dépouillé, avec ses lignes mélodiques et ses rythmes simples, le situe à la croisée de plusieurs esthétiques et inspirera le Groupe des Six, dont trois principaux membres témoignent d'une personnalité très marquée.

Darius Milhaud (1892-1974), auteur d'un catalogue de plus de 400 oeuvres, fait un large usage de la polytonalité qui scandalisera le public des années vingt;
Arthur Honegger (1892-1955), marqué par ses origines suisses alémaniques, compose une musique grave et lyrique, au sens architectural inné ;
Francis Poulenc (1899-1963), le musicien le plus populaire des Six, construit sa musique dans le prolongement de la tradition tonale, mais chacun de ses ouvrages témoigne d'une personnalité et d'un style immédiatement reconnaissables et séduisants. 

.

L'école de Vienne.
.
 
.
        Du coté germanique, Schoenberg (1874-1951) apparaît comme le père de la musique dodécaphonique, (dodéca = douze en grec) c'est à dire les douze sons, et de la musique sérielle qui abolit toute hiérarchie entre les notes et la notion de tonalité. En 1912 il compose le " Pierrot lunaire" qui le rendra célèbre.

 
  Arnold Schoenberg

 

Alban Berg (1885-1935) fut l'élève de Schoenberg, puis son ami. En 1924 il compose Wozzeck qui sera souvent représenté jusqu'à l'avènement du nazisme. En 1935 il compose le concerto pour violon "Concerto à la mémoire d'un ange", ce sera sa dernière oeuvre.

Anton Webern (1883-1945) est également l'élève de Schoenberg en 1904. Ses premières oeuvres portent encore les traces du style Mahlérien. Disciple de Schoenberg, à ses débuts, il va se démarquer du maître pour imposer sa propre pensée artistique, sa propre écriture musicale. C'est avec les Russes que je conclurai ce chapitre sur la musique nouvelle.
 

Stravinsky

.

L'oiseau de feu de Stravinsky Uniquement sur le DVD-Rom du site

  
        Stravinsky, (1882-1971) devient célèbre en collaborant, à Paris, avec les Ballets de Diaghilev: l’Oiseau de feu (1910), le Sacre du printemps (1913).

Ces deux œuvres révolutionnent la musique. Nouvelles sous tous leurs aspects, surtout en ce qui concerne le rythme et l’harmonie, elles restent toutefois enracinées dans la tradition russe. En 1923 il commence à explorer une nouvelle esthétique musicale.  Toujours à la recherche de formes nouvelles, il en vient, vers la fin de sa vie, à la technique dodécaphonique de Schönberg et de Webern, qu’il avait jusqu'alors repoussée.

Chostakovitch
 

Finale de la cinquième Symphonie Uniquement sur le DVD-Rom du site

  .  .
             Chostakovitch, (1906-1975), est le principal compositeur russe du milieu du XXme siècle. Avec sa Symphonie n° 1 (1926) il est remarqué à l'étranger.
Sa musique se distingue par la vitalité du rythme et la richesse mélodique. Ses deux premiers opéras, furent bien accueillis, mais censurés par le pouvoir communiste qui les jugea bourgeois et décadents.
La Symphonie n° 5 (1937), reçut un accueil favorable. 

En 1948, sa musique fut de nouveau attaquée pour des motifs politiques, ce qui l'amena à revoir son style musical. Il y est parvenu, puisqu'il reçut l'Ordre de Lénine, plusieurs fois le prix Staline et en 1966. Il fut le premier compositeur à recevoir le titre de Héros du travail socialiste. Parmi ses œuvres figurent six concertos, quinze symphonies, de la musique  de ballet, et des musiques de film. Sa production, peut être considérée comme un apport important à la musique tonale, à une époque où ses contemporains se tournaient vers le sérialisme ou le néoclassicisme.
Ses symphonies, sont dans la droite ligne de Gustav Mahler.
 


   Réservé exclusivement aux musiciens professionnels, amateurs et mélomanes,
   les annonces du Coin du Musicien garantissent une meilleure visibilité que les autres sites, compte tenu de l'intérêt que porte ses visiteurs à la musique classique.
   Annoncez vos concerts et Master Classes, vendez ou achetez vos instruments de musique, neufs ou d'occasion !

 


Lyon Photos Vidéos