la musique à la renaissance
.

Translation in English

..

Faites un don de 1,50 euro et bénéficiez d'une réduction de 30% sur le DVD du Coin du Musicien !
 Pour les donateurs, le DVD est à 9,90 euro au lieu de 14,90 euro !
 
(Opération possible également sur la page du DVD)

            Le XVIme siècle est une des époques les plus riches du développement artistique. La renaissance musicale se fera un peu attendre jusqu'à la moitié du XVI me siècle, suivant avec un peu de retard celle de la littérature et des Arts plastiques.
            Je ne peux aborder la  Renaissance sans citer Léonard de Vinci, le plus grand peintre de son temps. Le tableau que je vous propose d’admirer s'intitule " La vierge au rocher".
        Depuis sa naissance le christianisme imposait une discipline rigoureuse à la pratique musicale et considérait la musique comme un moyen de prière.
        La renaissance exalte  la beauté, les sentiments humains, la nature. La musique religieuse gardera toute son importance, mais la musique profane rompant avec la polyphonie, va devenir  réaliste et expressive, pour enfin donner naissance  à la mélodie accompagnée. La création de l'imprimerie musicale permettra la diffusion des oeuvres de façon rapide et étendue.
        C'est en 1501 que l'imprimeur vénitien Petrucci publie un premier recueil de messe et de motets de Josquin.

 

 

Page de titre d'édition de Petrucci

.

        L'art musical italien ne s'était pas très développé jusqu'au XVme siècle. A partir du XVIme les compositeurs italiens proposent de nouvelles formes, et passent maître dans l'art polyphonique.
        Giovanni Da Palestrina (1526-1594) va porter la musique polyphonique à la perfection. D'abord organiste et maître de chapelle dans sa ville natale, il finira sa carrière comme Maître de chapelle à St Pierre de Rome. 
 

Il consacrera toute sa vie à la musique liturgique. Sa musique chorale "a cappella" symbolise son époque.
        Il unit la pureté mélodique, d'une part, et la science contrapuntique des maîtres franco-flamands d'autre part. Il laisse cent quinze messes ! Six cents motets, des livres de psaumes, d'Offertoires, de Magnificat.

  Palestrina Extrait de " Hodie Christus natus est"

Uniquement sur le DVD-Rom du site


.

                En Allemagne, au XVI me siècle, l'art musical marque un certain retard sur celui des pays voisins. Mais la Réforme lui donne un nouvel élan avec Luther (1483-1546) passionné de musique sous toutes ses formes et compositeur de chants religieux.
        Sous le nom de Chorals, ses cantiques, chantés en langue vulgaire, deviennent le centre de la liturgie de l'église protestante. Pour les autres compositeurs, la musique profane semble susciter autant d'intérêts que la musique religieuse, si l'on se rapporte à la publication importante en France de nombreux recueils de chansons polyphoniques à quatre parties. Le XVI me siècle apporte la spontanéité, la vivacité et le rythme à la chanson populaire.
        En 1571 le poète Jean-Antoine de Baïf fonde une Académie de musique et de Poésie, fréquentée entre autre par des poètes de la Pléiade comme Ronsard. Ils souhaitent unir musique et poésie à la manière des Grecs et des Latins.
;

  Monteverdi
.
        En Italie naît un genre très proche de la chanson française, "Le Madrigal".
Cette pièce à quatre parties tout d'abord, s'exécute bientôt par une seule voix accompagnée d'instruments. Le style de Monteverdi le place bien au-dessus de ses contemporains. Du XIIme au XVme siècle l'emploi des instruments de musique n'est jamais spécifié. Ils ne servaient qu'à l'accompagnement de la voix, de façon épisodique et auxiliaire.

 
 

Bouffon au Luth

 
          Au XVIme siècle, les voix vont peu à peu céder le pas à la musique instrumentale, qui s'enrichit de pièces pour orgue, d'abord en accompagnement, puis en soliste.
        Les améliorations apportées aux instruments à clavier, en particulier à l'orgue, permettent de jouer plusieurs parties à la fois. Pour permettre la lecture simultanée de ces parties réunies sur une même page, on inventa  les « tablatures » ancêtres de nos partitions.

      Le luth, sorte de guitare à cinq cordes, d'origine égyptienne, et introduit par les Arabes en Europe, connaît une grande vogue, particulièrement à la cour de François Ier, et séduit les virtuoses.
        Dès 1550 les violons et les violes, prennent de l’importance et s'améliorent notablement. L'étendue sonore est augmentée de deux octaves passant ainsi à cinq octaves. Pour la première fois, les sons produits par les instruments dépassent les limites de la voix.


        En Angleterre, l'épinette primitive, ancêtre du clavecin, prend le nom de Virginal, et attire des compositeurs comme William Bird (1542-1623), organiste de la Chapelle Royale et Orlando Gibbons (1565-1650), virginaliste de la cour, qui passent maître dans l'art de l'improvisation et de la variation.
.



Chanteur Florentin du XVme siècle ( Dubois 1865)
.
        Le XVIIme siècle verra la naissance de l'art classique, avec l'époque baroque et la découverte de nouveaux genres, cantates, oratorio, opéra.

 

   Réservé exclusivement aux musiciens professionnels, amateurs et mélomanes,
   les annonces du Coin du Musicien garantissent une meilleure visibilité que les autres sites, compte tenu de l'intérêt que porte ses visiteurs à la musique classique.
   Annoncez vos concerts et Master Classes, vendez ou achetez vos instruments de musique, neufs ou d'occasion !
 

 


Lyon Photos Vidéos