la musique viennoise

Translation in English

 

Faites un don de 1,50 euro et bénéficiez d'une réduction de 30% sur le DVD du Coin du Musicien !
 Pour les donateurs, le DVD est à 9,90 euro au lieu de 14,90 euro !
 
(Opération possible également sur la page du DVD)

 

Préambule :
        Au XVIIIeme, la mélodie s'impose  comme l'élément essentiel pour produire une musique qui soit "belle, émouvante, pénétrante et noble". 

Pendant la seconde moitié du XVIIIeme, la conception mélodique évolue; aux longues phrases mélodiques, on préfère une conception plus courte et fragmentée. C’est ce qui permet à Mozart et Haydn d'introduire un élément de dramatisation dans leurs œuvres. Le nouvel usage de la tonalité, est un autre moyen de parvenir à cet effet.
        Au XVIIIeme toute musique commence et finit dans la même tonalité  « La tonique ».
La révolution de Mozart et Haydn va consister à articuler dramatiquement le passage de la tonique à la dominante ainsi que le retour à la tonique, et donc à donner une impression tripartite et non plus bipartite au morceau. Cela représente le moteur principal de la forme sonate classique, fondée sur la relation "tension-détente", avec une tension maximale vers le centre.
        Ce sont ces éléments, résumés en quelques mots qui caractérisent l'esthétique du " classicisme viennois" .

 

.
        Le passage du XVIIIme siècle au XIXme marque la transition entre le classicisme et le romantisme.
        Beethoven, à cheval sur les 2 siècles, repoussera à leur extrême les limites du classique, et composera à la fin de sa vie les premières oeuvres romantiques avec sa 9me symphonie et son opéra Fidelio.
 

Beethoven (buste réalisé par Bourdelle en 1902)

Beethoven à l'âge de 45 ans

 

Beethoven naît à Bonn en 1770. Très précoce il se rend à Vienne en 1787 où il rencontre Mozart. En 1792, de retour à Vienne, il poursuit ses études musicales, reçoit les conseils de Haydn et travaille la composition vocale avec Salieri. Il est apprécié comme pianiste et improvisateur.
        Malheureusement, très tôt, en 1796, il ressent les premières atteintes de la surdité. Sa vie sentimentale va de déception en déception.
        Il sera le premier musicien à vivre de son art d’une manière totalement indépendante, car aimant la liberté par-dessus tout il n'appartiendra jamais à aucune chapelle princière et refusera toute servitude.
    A partir de 1815 les difficultés financières s'accumulent, son neveu Karl dont il s'occupe, ne lui occasionne que des soucis, et les pensions versées par ses protecteurs ne tombent plus régulièrement.

.

Sa surdité croissante l'enferme dans un isolement moral. Il meurt épuisé et déprimé le 26 mars 1827.
        Contrairement à Mozart, enterré dans une fosse commune, Beethoven aura droit à des obsèques pompeuses. Beethoven était surveillé par la police autrichienne pour ses affinités révolutionnaires, c’est pourquoi beaucoup de documents ont disparu à tout jamais, après sa mort.

 

Trudelies Leonhardt interprète le Sonate op 10 n° 3 de Beethoven


        Aucun artiste, plus que Beethoven n’a ouvert autant de perspectives sur l'art. Ses sonates sont un monument, surtout les quatre dernières qui rebuteront plus d'un virtuose, ses quatuors sont déclarés injouables à l'époque, ce qui lui fait dire:
" je ne me soucie pas des cordes des violons quand je compose "

Symphonie N°5 de Beethoven uniquement sur le DVD-Rom du site

.

  .                  Ses symphonies préparent au romantisme. Dans la "Pastorale" il traite de la nature, de l'orage, des sons champêtres. En peinture également, les artistes se libèrent de la subordination à "l'Histoire". En France, Ingres passera toute sa vie à la recherche de la courbe idéale, peignant de nombreux nus féminins tout en restant dans le style classique,
et un peu plus tard,  Camille Corot nous offrira de merveilleux paysages, annonçant Delacroix.
        La neuvième symphonie" l'Ode à la joie" inspirera Mahler, qui plus de 60 ans plus tard, reprendra les symphonies avec voix et chœurs.

Évidemment je ne vais pas parler de tous les musiciens, cela serait trop long et impossible mais comment parler de la musique viennoise sans parler de Franz Schubert.
 La discrétion caractérise Schubert. Un peu trop. Ce musicien, délaissé de son vivant, fut oublié après sa mort. Tout le monde sait que Mozart est mort jeune dans sa 36me année mais qui pense à Schubert mort à 31 ans ?
.

Franz Schubert
.
        Fils d'un maître d'école, il naît à Vienne le 31 janvier 1797. Très doué, il reçoit des leçons de son père, puis de Saliéri. De 1813 à 1816, il aide son père dans sa tâche d'instituteur.
        Avec la vente de quelques oeuvres et quelques tournées, il peut enfin mener une existence indépendante. Il mène une vie simple et modeste, organise avec un groupe d'amis " les Schubertiades " et commence à être connu en 1825.

        Il lui reste moins de trois ans à vivre. Contrairement à Mozart qui a voyagé tout au long de sa vie, Schubert ne quittera jamais Vienne, il y meurt le 19 novembre 1828.
        L’œuvre de Schubert comprend 10 symphonies, des trios, des quatuors, des quintettes, des pièces pour piano, sonates, impromptus, moments musicaux, et une fantaisie.

 

 Il écrit plus de 600 lieder ( composition vocale essentiellement germanique)  

Symphonie N°8 de Franz Schubert Uniquement sur le DVD-Rom du site

..
Un jour en lisant des partitions de Schubert qu’on lui avait amenées Beethoven dit:
" Celui ci me dépassera !"
         Si Schubert n'est pas allé aussi loin que Beethoven dans ses symphonies, il l'a certainement dépassé dans ses oeuvres pour piano.

Le Romantisme est né. 


   Réservé exclusivement aux musiciens professionnels, amateurs et mélomanes,
   les annonces du Coin du Musicien garantissent une meilleure visibilité que les autres sites, compte tenu de l'intérêt que porte ses visiteurs à la musique classique.
   Annoncez vos concerts et Master Classes, vendez ou achetez vos instruments de musique, neufs ou d'occasion !
 

 


Lyon Photos Vidéos