Translation in English

 

..
L'enfance:
        En 1807, la famille Schumann s'installe à Zwickau, en Saxe. Le père de Robert, lecteur enthousiaste, s'adonne à la littérature. Il se consacre à la traduction d'œuvres de la littérature anglaise, essentiellement Byron et W. Scott. Bien que ne rencontrant aucun succès en tant qu'écrivain, le père de Schumann continue à écrire avec ferveur des histoires de chevaliers. Plus tard il associera son fils à ses travaux et c'est dans la librairie familiale que Robert découvrira le romantisme littéraire allemand. 

        
 

 Auguste Schumann


 
        Robert voit le jour le 8 Juin 1810. Il est le petit dernier d'une famille de cinq enfants. 
Il est agréable et radieux. Sa mère le surnomme " point de lumière ".
Dès sa plus jeune enfance, Robert fait preuve de dons exceptionnels pour la musique, mais bientôt, encore davantage pour la littérature. Il reçoit ses premières leçons de musique, d'un organiste assez médiocre nommé Kuntsch, qui ne détecte chez le jeune musicien aucun génie particulier.

 Maison natale de Schumann

En 1819, il assiste à Karlsbad à un concert donné par le pianiste virtuose Moscheles. Ce sera le choc musical de son enfance. A son retour il demande à son père de lui offrir un piano. Désormais c'est à son instrument qu'il se confiera le plus volontiers. Il a neuf ans à peine et il amuse son entourage en faisant au piano des portraits et des caricatures. Très vite son père semble deviner en lui, davantage que de simples facilités.

Néanmoins, Robert reste attiré par la littérature et il fonde une société littéraire où les enfants de son âge peuvent échanger entre classiques et romantiques.

    A douze ans, il compose un psaume pour chant et orchestre. Au collège où il se fait remarquer pour son talent musical, il fonde rapidement un petit orchestre avec ses camarades de classe. C'est à cette époque qu' il découvre Haydn, Mozart et Beethoven. 

 

Robert Schumann vers 1823

        
Jusqu'à l'adolescence, Schumann ne semble pas souffrir de sa double vocation, mais à l'aube de ses 15 ans, l'art lui apparaît pour la première fois comme un engagement très sérieux. Pour Schumann, comme pour tout romantique, s'engager dans l'art signifie " créer". Entre poésie et musique, un choix s'impose maintenant à lui. Peu à peu il se renferme et devient mélancolique. Pour cette raison sans doute, son père demande à Weber d'accepter son fils pour élève. En apprenant le refus du compositeur, Schumann sera profondément affecté.

L'année suivante, en 1826, sa sœur Émilie se suicide dans un accès de folie et son père meurt quelques mois plus tard. Avec le décès de son père, Robert perd son ami le plus cher et la seule personne sur laquelle il pouvait compter sans condition, le seul qui pouvait le comprendre et le soutenir.
        C'est alors qu'il s'adonne à des pressentiments morbides. Ses improvisations au piano, en général pleines d'esprit et de gaieté lui arrache des sanglots. A cette date, également, il commence à tenir son journal intime. 

Loin de trouver un réconfort dans la lecture de Jean Paul, son poète préféré, Schumann trouve un écho à ses tourments. Il tente d'écrire deux romans qui resteront inachevés mais se sent malgré tout destiné à poursuivre une carrière littéraire.

" Ce que je suis réellement, je ne le sais pas moi-même. Si je suis poète - car nul ne peut le devenir, - la destinée en décidera un jour . "